En prendre de la graine !

Convaincus que ces cultures de proximité et d’autosubsistance constituent une alternative alimentaire et économique pour les familles les plus modestes, nous soutenons la création de jardins solidaires dans le monde.

visuel-jardinsolidaires.jpg

La consommation de fruits et légumes frais, cultivés dans ces potagers, participe aussi à la santé de ceux que nous aidons, trop souvent familiers de nourritures médiocres.

Les jardins solidaires, qu’ils soient communautaires, collectifs, partagés, ruraux ou urbains, connaissent un nouveau regain y compris dans les pays industrialisés. Ils constituent une alternative alimentaire et sociale pour les familles les plus modestes. Quand ils sont écologiques ou en permaculture, ils ont un autre atout : apprendre à cultiver respectueusement pour manger sainement.

Stop Hunger soutient des jardins solidaires en Afrique du Sud, au Brésil, en Chine (Hong Kong), au Cambodge, au Canada, au Chili, au Mexique, au Pérou, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

  • Au Brésil, « Potagers sur les toits » (Horta na laje) est un programme Stop Hunger, lancé en 2017 à Paraisópolis, l’une des plus importantes et des plus pauvres « favelas » de São Paulo. Parmi les 100 000 habitants, près de 30% des mères de familles quittent leur emploi à l’arrivée des enfants. Moins de revenus, c’est plus de pauvreté et de faim qui s’ajoutent aux risques de marginalisation et d’insécurité majeure. Co-créé avec l’Association des Femmes de Paraisópolis, le programme Horta na laje vise l’équilibre inverse : donner une formation et des outils aux mères de famille pour cultiver ensemble des petits potagers bio, nourrir sainement leurs familles, et avoir un revenu en vendant une partie de leur récolte. 
    Le succès de ce programme nous a amenés à lancer un projet équivalent avec une autre ONG. Centro Social Carisma, à Osasco, près de São Paulo, forme des femmes issues de communautés défavorisées à l’hydroponie, une technique de culture hors-sol qui utilise un mélange d’eau et de nutriments. L’objectif est de faire pousser des légumes pour une meilleure alimentation et de vendre les excédents pour compléter le revenu familial. Grâce à ces 2 programmes, plus de 3 300 personnes démunies ont été accompagnées, dont plus de 80 % de femmes.

p2018 Stop Hunger_Paraisopolis_BRAZIL_0737.jpg

  • Au Cambodge, dans son école-pilote Happy Chandara près de Phnom-Penh, l’association Toutes à l’école éduque, nourrit et prend soin de 1 400 jeunes filles de six ans et plus, parmi les plus pauvres. Partenaires pour trois ans, nous avons fait don de plus de 115 000 dollars US à l’école pour la création de nouveaux potagers en permaculture. La part des fruits et légumes bio dans les menus a doublé pour atteindre 60 %, l’objectif étant d’atteindre 80 % en complétant par les récoltes des fermiers locaux. En plus de servir des repas sains et équilibrés aux enfants, et de viser l’autosuffisance alimentaire, ces potagers offrent un cadre où former les écolières et les fermiers locaux, dont leurs parents, aux techniques agricoles durables.

2017_ToutesAlEcole_Permaculture_HD_3.jpg

  • Au Ladakh, à 3 500 m d’altitude et par - 25 °C dans les montagnes de l’Himalaya, les fruits et légumes ne poussent pas. Uniquement composés de riz et de céréales, les repas des écoliers sont pauvres et peu nutritifs. Pour mieux nourrir plus d’un millier d’élèves de 4 à 18 ans, dans 8 internats situés à l’extrême nord de l’Inde, nous avons soutenu l’installation de serres solaires bioclimatiques avec la Fondation GoodPlanet, présidée par Yann Arthus-Bertrand, et deux ONG locales, L.E.H.O. et H.O.K.A. Après leur construction, nous avons accompagné ce soutien par la formation de femmes sur les bonnes pratiques en hygiène et sécurité alimentaire, sur la préparation et la conservation de légumes frais en cuisine, pour préserver leurs qualités nutritionnelles et garantir tout au long de l’année des repas sains et équilibrés aux étudiants. 

2017-dec-students exposure visit -Share Kashmir University farm-c-LEHO...

  • En France, nous avons financé le projet expérimental d’un potager solidaire urbain des Restos du Cœur, dans lequel une dizaine de personnes salariées, hier en situation de précarité, ont été formées à la culture maraîchère et récoltent des légumes. Ces produits frais et cultivés naturellement sont ensuite distribués quotidiennement à d’autres personnes démunies pour contribuer à une meilleure alimentation. En un an, le jardin potager solidaire de Montreuil et ses salariés en insertion ont produit près de 3 tonnes de légumes

Jardin Montreuil_Restos©Eric Patin.jpg